Historique de la Fondation

En janvier 2009, deux bénévoles de Gatineau, Ginette Lehouillier et Nicole Le Quéré quittent le Canada pour la ville de Mbuji-Mayi, République Démocratique du Congo, pour une mission humanitaire. Cette mission, rendue possible grâce à l'appui de Monsieur l'abbé Donat Mulumba Kalala, aumonier au Foyer du Bonheur et au Centre hospitalier La Piéta ainsi que par le parrainage de Monsieur l'abbé Gaston Muyombo, prêtre au Congo et chef de l'Hôpital Notre-Dame de l'Espérance, consiste à offrir une aide administrative à cet hôpital.

Ainsi donc, durant deux mois, Ginette rebaptisée « Kamuanya » et Nicole rebaptisée « Kalala », vivent le quotidien des quelque trente employés de l'hôpital et des rares patients qui réussissent à payer les frais minimes pour les soins, la plupart du temps de moins de $5.00. Elles apprennent à connaître également comment vit ou plus précisément survit la population de Mbuji-Mayi et des environs.

Ce fut un constat de pauvreté extrême chez une population par ailleurs fière, intelligente et souvent instruite. La ville, d'environ 350,000 habitants, fonctionne sans eau courante, dans plusieurs quartiers sans électricité, sans égout et sans route asphaltée à l'exception d'une ou deux rues principales. Les gens, hommes, femmes, enfants ne réussissent pas à manger tous les jours. Dans certaines familles, la règle c'est que la moitié des membres mangent en alternance un jour sur deux, car il n'y a pas assez de nourriture pour tous à tous les jours! Il va sans dire qu'il n'y a pas de filet social, donc les infirmes, les plus mal-pris, vivent dans la rue, mendiant leur nourriture. L'état de leur corps amaigri parle pour eux.

Par contre, quelques orphelinats recueillent les jeunes enfants qui sont soit abandonnés par leurs parents ou orphelins et sans famille. Maman Marthe, jeune religieuse s'occupait de 29 enfants à l'orphelinat Cavac, juste à côté d'où nous habitions. Elle est décédée de méningite depuis notre retour. Malgré tous ses efforts, je ne veux même pas parler des conditions de vie de ces enfants, logés dans une grande pièce sans fenêtre, sans table ni chaise, sans lit.

Nous avons visité également le village de Béna Kabamba abritant 17,000 personnes qui vivent dans des huttes de terre. Monsieur l'abbé Muyombo a tenté d'insuffler un peu d'humanité en y construisant, avec l'aide de fonds américains, une église, un presbytère, une école, une maternité ainsi qu'un centre nutritionnel. Hélas, ça ne règle pas le problème de nourriture, rendu encore plus crucial par la fermeture de la seule mine de diamants de la région.

Que faire?

Ne pouvant restées passives devant tant de souffrance, dès leur retour, Ginette et Nicole ont tout de suite retroussé leurs manches et ont créé, avec l'abbé Donat, l'organisme sans but lucratif CONGO (RDC) FAIM / HUNGER INC. dont le but est de soulager la pauvreté et la faim de la population de la République Democratique du Congo. A cette fin, un projet majeur de développer une ferme agropastorale à Kamiji a été mis en route. Depuis le début de cette aventure, la fondation Congo (RDC) Faim/Hunger Inc. a réussi à amasser la somme de 10,000$ qui a servi à construire une porcherie et aussi à labourer les champs pour faire pousser des céréales, des arachides, etc. Afin de compléter le projet de la ferme agropastorale de Kamiji, nous avons besoin de 100,000$. Avec cet argent nous pourrons acheter 75 vaches, les semences et l'équipement nécessaire pour la ferme.

Je sais que cette aide est une goutte d'eau comparé aux besoins de l'humanité. Cette goutte d'eau peut faire une différence dans la vie des habitants de Kamiji et qui sait, peut-être dans la vie des habitants de toute la région, comment la leur refuser?